Un éclaircissement sur la bougie !

   04/17/2020     Actualité
Un éclaircissement sur la bougie !

Depuis la nuit des temps, depuis qu’il a su le maîtriser, l’homme pourfend l’obscurité nocturne grâce au feu. Quand on y pense, l’homme aura utilisé cet élément pour s’éclairer pour la majorité historique de son existence, la domestication du feu s’établirait entre 800000 et 400000 ans avant notre ère ! Faites le calcul vous même pour l’électricité !


Bien avant les bougies, l’homme utilisera les torches, les lampes à huile (animale, végétale). Le consensus se fait autour de l’utilisation du jonc comme ancêtre de la bougie. Le jonc était utilisé pour faire des chandelles trempées dans des graisses qu’on laissait durcir, le suif. Ces chandelles étaient utilisées sur des brûle-joncs. Les bougies en cire d’abeilles arrivent quelques siècles avant notre ère. Le développement de l’utilisation des bougies se fera en parallèle de l’essor du christianisme, la bougie devenant indissociable des symboles liturgiques. Grand avantage des bougies en cire d’abeilles par rapport à celles en suif, peu ou pas de fumée et surtout pas d’odeur trop forte.

Objet de culte, objet de luxe. Si la bougie en cire d’abeilles reste un produit relativement précieux, la démocratisation de la bougie telle que nous la connaissons aujourd’hui sera très tardive, il faudra attendre le 18ème siècle et l’invention de la glycérine par le chimiste suédois Carl Scheele (1783), puis les travaux sur la saponification du chimiste français Michel-Eugène Chevreul (1823), qui permettront à la création de la bougie stéarique, qui remplacera la chandelle de suif. Oui, savonniers et ciriers font parti de la même corporation.


Depuis le XIVe siècle, la France possède une longue tradition du métier de cirier, la corporation des chandeliers-ciriers-huiliers placée sous la bannière de Saint Nicolas. Une production qui va rester pendant très longtemps artisanale et tournée vers des produits naturels. Les opérations sont compartimentées, clarification de la cire, couper, ajuster les mèches de deux fils de coton et d’un fil de chanvre, à les attacher par rangées à une baguette. Les baigner à les plonger pour obtenir la grosseur et le poids convenable, dans un vase (un moule) qui contient la cire en fusion. Des pratiques qui encore aujourd’hui sont peu différentes de celles de l’époque quand on parle de production artisanale.



À La Promenade c’est dans le respect de l’environnement et dans le cadre d’une utilisation respectant tous les mesures sanitaires possibles, que nous avons conçu nos bougies. C’est grâce à une formule de cire végétale (sans OGM) longuement recherchée et un savoir-faire unique que le pouvoir olfactif de nos bougies est exceptionnel et le brûlage optimal. Coulées une à une, les bougies et leurs mèches en coton (sans plomb) sont assemblées à la main pour un résultat parfait pour toute notre gamme de bougies parfumées.

Retrouvez tous nos produits : bougies parfumées, diffuseurs et parfums d'intérieur